admin-ajax1

Le regard d’Olivier Halbout sur la relation Président-DE « le bien commun » pour le club

La place du DE dans le projet-sportif France-Tennis est centrale. C’est le premier regard porté sur le pratiquant, jeune ou adulte, celui qui transmet l’envie, la sensation, le plaisir de jouer. Olivier Halbout est un DE dans l’âme. Comme dans toute notre équipe, une personne doit incarner le projet-sportif. Quel meilleur profil qu’un DE devenu à la fois chef d’entreprise et président de ligue.

LA RELATION PRESIDENT(E) / D.E : Le bien commun au service du CLUB.

Aujourd’hui chef d’entreprise, je suis très fier d’avoir commencé ma carrière professionnelle en tant que D.E. de club en Normandie, et ce, pendant une dizaine d’années. Ensuite, quand j’ai changé de vie professionnelle, j’ai tout de suite eu la volonté de m’investir dans une action dirigeante. Je suis rentré tout naturellement dans le bureau du club de mon enfance pour en devenir, quelques temps après, le président.

 

Ces 2 angles de vue m’ont permis d’appréhender et de constater combien le binôme que forme le président et le DE est important.

Il est même déterminant, car s’il est le gage de la stabilité et de l’équilibre du club, il facilite l’audace et l’ambition.

Je parle là du « bien commun » au service du club, où chacun prend ses responsabilités, développe ses compétences, et enrichit son partenaire.

La force de ce duo, c’est d’un côté un bénévole et de l’autre, un professionnel. C’est une coopération gagnante et vertueuse de notre modèle associatif.

D’abord le Président(e), élu par ses adhérents, a la légitimité institutionnelle de son club.

Ce dirigeant qui, par passion et par envie de donner aux autres, donne de son temps. RESPECT  !!!

S’il est un incroyable Homme orchestre (surtout dans les clubs ne possédants pas ou peu de salariés), il est l’employeur du D.E. qui doit donc lui rendre compte. Il définit la politique du club, donne les moyens à son D.E. de conduire le projet sportif.

Le président définit le cadre, c’est pourquoi je recommande au-delà du contrat de travail, la fiche de poste. Cela pose la relation sainement pour l’avenir.

 

Ensuite, l’enseignant(e) diplômé(e) d’état a la légitimité technique de par sa formation professionnelle. Il représente lui aussi une force vive.

Pour ma part, je garde de ce métier un magnifique souvenir mais aussi la responsabilité qui va avec, car, la santé d’un club, en particulier sportive, est très dépendante de la qualité, de l’investissement et surtout de la proactivité du ou des D.E.

Sa capacité à :

–          animer la vie sportive

–          à développer le plaisir du jeu

–          à engendrer des performances et des résultats

–          à être force de proposition

sera déterminante dans sa quête de réussite au service de son club.

Sa position en fait un acteur central du club. Son approche ne peut être qu’exemplaire.

Il doit être source d’inspiration pour ses élèves surtout chez les enfants, car oui, il exerce une influence, tout simplement parce qu’il est une référence pour nos jeunes, pour nos enfants.

Clairement, plus aujourd’hui qu’hier, son rôle est socio sportif. Son esprit d’ouverture, de progrès, valorise naturellement sa situation au sein du club et par conséquent sa légitimité et son aura.

 

Enfin, ce « bien commun » entre le D.E et le Président se renforcera par un management participatif du président, en partageant le projet sportif dans le cadre d’une relation directe et constructive.

ð D’abord par un temps formel : à minima, un, en début d’année pour définir les objectifs et la stratégie, et un, en fin d’année pour le bilan, puis régulièrement lors des réunions de bureau pour ce qui concerne la partie sportive.

ð Spontanément un temps informel : lors des animations et évènements du club tout au long de l’année ou à chaque fois que l’actualité l’exige.

 

J’ai toujours pensé que ce n’est pas parce que j’entretenais une relation amicale, conviviale, voir affective avec mes présidents, que je ne devais pas être rigoureux et exigeant dans mon travail.

Je suis d’ailleurs convaincu, comme dans d’autres univers professionnels, que c’est la base d’une relation durable, qui se veut efficace et efficiente.

On ne peut transmettre cette culture de la gagne si on n’a rien à y gagner.

Mais France-Tennis est aussi à l’écoute du terrain et va proposer une mesure essentielle pour la carrière des DE.

1- Un parcours vers le Haut-Niveau

Dans le modèle d’apprentissage, un DE pourra devenir le tuteur d’un jeune qu’il a formé et ainsi progresser dans sa carrière pour devenir un jour entraîneur de haut-niveau. Cela signifie, qu’un enfant formé par le DE ne sera plus automatiquement capté par l’ETL qui aura des missions élargies dans l’accompagnement des politiques sportives de club, mais pourra continuer dans le cadre du contrat d’apprentissage d’athlète de Haut Niveau que nous mettrons en place. La qualité de la relation avec l’enfant et sa famille, la confiance tissée au fil des années est un capital humain qu’il ne faut plus dilapider.

2- Un accompagnement professionnel

Nous influerons sur la branche pour que soient institués des bilans de compétences à 40 ans et 50 ans à l’âge où enseigner devient parfois plus difficile pour des raisons physiques. Pour aider les DE à anticiper une reconversion éventuelle vers des métiers connexes où les qualités relationnelles développées pourront être aisément transférées par des formations adaptées qui seront étudiées dans le cadre de notre e-institut.

Oui France-Tennis veut aussi changer la vie des DE. Leur donner un espoir de carrière pour atteindre leur meilleur niveau en le gagnant par eux-mêmes sur le terrain car nous partons d’un constat simple, on ne peut transmettre cette culture de la gagne si on n’a rien à y gagner.

 

Olivier HALBOUT

Président de la ligue de Normandie

Laisser un commentaire