talleyrand-42612-chose-verite-calomnie-terrible1

La légende du coupeur de tête ou l’histoire d’une manipulation bien orchestrée – Episode 5 et Epilogue

Episode 5: Eloge des valeurs humaines selon Passion Tennis

Nous avons vu dans les épisodes précédents, preuves à l’appui, comment il est facile d’accuser un homme de tous les maux en manipulant les faits.

Aujourd’hui, sans jamais répondre sur le fond, Passion Tennis s’en émeut, utilisant de grands mots pour se draper dans sa vertu habituelle.

C’est étonnant de constater cette émotion quand on balance vertement devant toute la France à la télévision que Bernard est un coupeur de tête et un manipulateur.

Comme il est tout aussi étonnant de constater qu’au terme de toutes les réunions publique de FranceTennis, les participants se félicitent qu’aucune attaque personnelle n’ait été formulée par Bernard. Tout en regrettant en même temps la façon dont Bernard est traité par les représentants de Passion Tennis lors de précédentes réunions. Et on retrouve la légende du dictateur et d’autres amabilités qui elles, bien sûr, ne sont pas indécentes…

Avec cette série d’épisodes, France Tennis a fait le choix de vous raconter ce qui s’est réellement passé. Ca fait un peu mal mais c’est ainsi.

Sachant, et c’est important, que la portée des accusations énoncées à la TV a un tout autre impact que les messages que nous diffusons.

Qui coupe la tête de qui ?

Aujourd’hui, en guise d’épilogue à la Légende du coupeur de têtes, nous aimerions vous relater d’autres faits survenus récemment qui démontrent le décalage qu’il peut y avoir entre l’affichage des valeurs humaines et leur pratique.

  • L’exemple le plus flagrant habite en Pays-de-la-Loire dont le Président, Patrick Guerin soutient Jean-Pierre Dartevelle. Rien à redire à ce soutien si ce n’est que notre ami Patrick exige que son Secrétaire général démissionne parce qu’il ne pense pas comme lui depuis qu’il a annoncé son soutien à FranceTennis.
  • Un extrait du PV du dernier Comité directeur de cette ligue est assez édifiant à ce sujet. Il fait référence aux places restantes sur la liste FranceTennis et cite les propos de Patrick, en se justifiant par une « solution validée par le service juridique de la Fédération » (sic):
  • Cet extrait du PV, qui n’hésite pas à parler de « malheur », est le suivant:

« Si, par malheur, un élu de la Ligue postulait pour l’une des 8 places restantes, il (ndlr Patrick) considèrerait que celui-ci se positionne dans l’opposition et se désolidarise de l’équipe régionale (…) Si c’est le Trésorier ou le Secrétaire Général, il lui demanderait de démissionner et, en cas de refus, proposerait son remplacement au Comité Directeur. »

  • Mettant ses menaces à exécution, l’ordre du jour du prochain Comité directeur de la ligue PDL, prévu le 17 décembre, comporte les points suivants:

Nouvelle orientation « politique »:

– Motion de confiance au Président

– Fin d’activité et changement de Secrétaire Général

  • La logique de Passion Tennis voudrait donc que, même si tu fais bien ton job de Secrétaire général, tu n’as pas le droit d’avoir un autre avis que ton Président de Ligue sur les élections fédérales… Sinon, c’est la porte!
  • Après tout ce qu’a fait Xavier de la Fourchardière, qui a servi fidèlement sa ligue et son Président durant 4 ans, on ne peut que s’étonner de ce genre d’attitude d’un autre âge.

Le contre-exemple normand

A ce sujet, un parallèle intéressant est à faire avec la Ligue de Normandie. Car on vit exactement la même situation. Mais avec un tout autre résultat.

  • Son Président, Olivier Halbout, a fait le choix de s’engager pour FranceTennis alors que son Secrétaire général, Olivier Lucas, soutient activement Passion Tennis.
  • Aucun malheur ne s’est abattu sur la Normandie. O. Lucas a fait une campagne loyale contre 3 présidents de comités départementaux FranceTennis avec lesquels il siège au Bureau de la Ligue.
  • En Manche, dans le Calvados et dans l’Eure, les candidats de Passion Tennis ont été battus dans les urnes. Mais ces résultats ne sont pas le plus important.

Respectant l’esprit de FranceTennis, lequel respecte les fonctions de chacun, les deux Olivier continuent à travailler sereinement ensemble pour le bien de leur ligue. Le président respecte son Secrétaire général et son engagement. Même s’il ne pense pas comme lui…

Idem dans la Ligue du Centre où le Président et le Secrétaire général ne soutiennent pas la même équipe mais continuent à travailler ensemble et font même liste commune…

Courtisés un jour, rejetés le lendemain…

Au terme de cette série d’épisodes dont on se serait bien passé, on aura enfin compris qui se cache derrière le rideau et qui a nourri la légende du coupeur de tête.

Il est facile d’attaquer en permanence les personnes, de les traiter de tous les noms un jour et de jouer les vierges effarouchées le lendemain.

Il est facile de cibler les « 17 franciliens » qui sont sur notre liste en parlant de liste parisienne bling-bling.  Au passage, nous ne relèverons pas l’approximation qui tend à confondre franciliens et parisiens.

Mais qui a fait une cour effrenée à ces mêmes présidents franciliens ? N’est-ce pas toi, Jean-Pierre, qui a fait spécialement le déplacement pour proposer à Norbert Rampolla le poste de son choix,  » pourquoi pas Roland Garros » , afin qu’il te rejoigne ?

Peut-être faudrait-il rappeler à nos amis de Passion Tennis que les licenciés franciliens et leur Région représentent 22% de nos effectifs français et 19% de la population française. et que sur les 17 franciliens ciblés, seuls 11 le sont vraiment.

La réalité Jean-Pierre, est que tu stigmatises aujourd’hui ceux que tu as courtisés hier, sans succès… Sans même réfléchir un seul instant au fait que ceux que tu appelles des « Parisiens » ont fait le succès de leur ligue avant de faire le succès de la France : Sandrine Testud (LYO), Thierry Champion (LAN), Sarah Pitkowski (FLA), Corinne Vanier (NOR) sans parler du Bordelais François Jauffret recordman des sélections en Coupe Davis…. seraient-ils donc toutes et tous devenus affreux  parce que domiciliés à Paris ? Ne méritent-ils pas un peu de ton respect à défaut de ta considération sportive ?

Epilogue bienfaiteur ?

Jamais, comme Passion Tennis vient de le faire à l’égard,de Bernard, nous oserions dire que Jean-Pierre est indigne pour devenir Président de la FFT. Nous respectons son engagement fédéral, comme nous respectons ceux qui sont avec lui.

Cette campagne est partie sur de mauvaises bases et nous le regrettons.

La faute à qui ? Personne n’est irréprochable dans cette affaire. Pas plus Bernard, Alexis que Jean-Pierre. Il n’y a pas d’un côté les méchants et de l’autre les gentils. Nous sommes tous responsables et nous prenons aussi notre part.

Ce que nous retenons, c’est qu’il y a juste une vision différente de l’avenir de notre fédération et une volonté de changement clairement assumée de notre côté.

Des choses devaient être dites suites aux violentes attaques télévisées contre Bernard. C’est désormais chose faite et nous souhaitons passer à autre chose. Nous ne répondrons plus aux attaques personnelles.

Nous espérons maintenant que les deux mois qui nous séparent du vote permettront à chacun de défendre ses idées. Rien que ses idées.

Toute l’équipe de FranceTennis

Laisser un commentaire